NOS MÉMOIRES SCOÏSTES

Avatar de l’utilisateur
Papy
Donateur
Messages : 1819
Enregistré le : mar. 25 mai, 2004 3:07 pm
Localisation : loin...........En Alsace
Contact :

Re: Vous et le SCO, racontez le !

Messagepar Papy » ven. 01 nov., 2013 12:36 pm

Dernier message de la page précédente :

Mon premier souvenir du SCO, remonte à 1978 ou 1979 je ne sais plus tres bien, et un match face au géant vert...St Etienne à Jean Bouin, avec un stade bien garni.

Nous étions une bande de gamins, qui jouaient dans un petit club de foot.
La sortie organisée par le club répondait certainement à une invitation du SCO je pense....

Merveilleux souvenirs, ou je revois encore la ferveur d'un stade de football "pro" que je n'avais jamais encore connu......du vendeur de cacahouetes au odeurs de merguez grillées...... :D

Avec ce match, qui en plus avait vu pas mal de but il me semble, ce fut le début de ma passion pour le SCO !!

Ensuite, tous les soirs de matchs, dans mon lit avec la radio collé à l'oreille pour écouter les résultats de matchs, je me créait des petites fiches ur les joueurs, les rtésultats de chaque journée, puis les classements.....une vrai passion......

Découpage des articles dans le Courrier de l'Ouest...conception d'album......puis le graal : les albums de vignettes Panini !!!!
Le dimanche matin avec ma pièce de 2 francs, je jubilait.....10 paquets de vignettes à 20 cts le paquet !!!!!
La joie de trouver le joueur Angevin qui me manquait pour finir l'équipe du SCO ....... :hihi:

la joie aussi de rencontrer le SCO lors d'un tournoi des jeunes en cadets....avec des yeux grands ouverts face à ces "extra-terrestres"..... :lol:

Les années passant, les résultats Angevins descendant, ce fut un peu la traversée du desert.....l'adolescence, avec des études qui déjà ne me permettaient moins, voire plus de suivre autant le SCO...

Arrivent Hervé GAUTHIER.....la belle époque des Daury-lagrange,etc...

Je me souviens même d'un titre dans le journal l'Equipe de l'époque, fin 92 " Et si Ornicar était Angevin ?" en faisant le lien avec le SCO comme outsider pour la montée ne D1 à l'époque....
Puis ce match fabuleux pour moi....SCO-BREST dans un stade JB archi complet et en fusion comme je ne l'ai plus jamais retrouvé par la suite.....
Ginola attaquant à Brest...Goecoïcheha (pas sur de l'orthographe) dans le but Brestois.......

Et une victoire 2 - 1 ou 3-1 qui nous ouvre les portes de la montée ....et Jean Bouin qui hurle de joie !!!
Comme quoi l'Equipe avait eu le nez creux .....1993 le SCO retrouve la lumière de la D1 ......
je ne pouvais pas manquer ce premier match du retour de nos héros dans l'élite......

Planté sur la fameuse butte, alors encore véritable butte végétale, avec dans le but devant moi un certain Pascal OLMETTA.....que du bonheur alors que l'on gagne ce premier match et qu'Olmetta excedé se retourne faire un bras d'honneur au public qui le conspue........... :up:


la suite on la connait......
Les années galères ensuite avec la descente aux enfers du national, la valse des présidents, des coachs, plus d'argent...... :(
Mais toujours a suivre le SCO.....

L'arrivée des DOUCET, NORBERT et autres présidents éphémères......

Enfin W.B. qui malgré tout remettra le SCO sur de bons rails....
Jean Louis Garcia.......

Mes rares occasions de voir le SCO, lors de sa venue à la Meinau à Strasbourg en Alsace, ou je vis.
L'occasion pour moi d'emmener des amis Alsaciens "découvrir" le SCO.
Avec en plus des victoires à la clé...la dernière en date 2-0....

Puis, l'arrivée d'internet qui me permettra de renouer de façon plus permanente avec le SCO, et me rapprocher "virtuellement" des supp Angevins....

Même loin de vous, loin de MON SCO, mon coeur bat encore et toujours pour mon club de coeur........

voili voilou ma petite histoire d'amour avec notre SCO.....

:sco6: :sco6: :sco6: :sco6: :sco6:
Mieux vaut être saoul que con, ça dure moins longtemps.... :D
Avatar de l’utilisateur
psychosco
Professionnel
Messages : 1020
Enregistré le : mar. 14 sept., 2004 3:18 pm
Localisation : Première couronne d'Angers

Re: Les supporters et la pression : une histoire de coeur

Messagepar psychosco » ven. 01 nov., 2013 2:20 pm

Trêve internationale et une semaine à attendre : il était temps : je monte à 100 bpm ... . Attente d'une réaction ? BPM monte 110. Retour de Gamboa ? 120 de BPM. Notre meilleur passeur est présent ? 130 de BPM. Pas de gardien remplaçant ? 140 Et moi j'attends des buts, j'entends déjà les chants, je vois mieux les joueurs sans le grillage : 160 BPM. c'est dur d'attendre ...
Avatar de l’utilisateur
Tranquilou
Donateur
Messages : 18806
Enregistré le : sam. 01 oct., 2005 10:23 pm

Re: Les supporters et la pression : une histoire de coeur

Messagepar Tranquilou » ven. 01 nov., 2013 2:27 pm

psychosco a écrit :Trêve internationale et une semaine à attendre : il était temps : je monte à 100 bpm ... . Attente d'une réaction ? BPM monte 110. Retour de Gamboa ? 120 de BPM. Notre meilleur passeur est présent ? 130 de BPM. Pas de gardien remplaçant ? 140 Et moi j'attends des buts, j'entends déjà les chants, je vois mieux les joueurs sans le grillage : 160 BPM. c'est dur d'attendre ...


:?: :oops:
Dans certains cas, la meilleur défense est l'ignorance...
Avatar de l’utilisateur
psychosco
Professionnel
Messages : 1020
Enregistré le : mar. 14 sept., 2004 3:18 pm
Localisation : Première couronne d'Angers

Re: Les supporters et la pression : une histoire de coeur

Messagepar psychosco » ven. 01 nov., 2013 2:35 pm

l'attente... l'imaginaire, et le BPM qui monte : nombre de battement par minute.
Avatar de l’utilisateur
Tranquilou
Donateur
Messages : 18806
Enregistré le : sam. 01 oct., 2005 10:23 pm

Re: Les supporters et la pression : une histoire de coeur

Messagepar Tranquilou » ven. 01 nov., 2013 2:45 pm

psychosco a écrit :l'attente... l'imaginaire, et le BPM qui monte : nombre de battement par minute.


Ah Ok :oops: mais ta phrase était un peu alambiquée pour un vioc... :oops: :)
Dans certains cas, la meilleur défense est l'ignorance...
Avatar de l’utilisateur
CCSCO
Scoïste, enfin !
Messages : 29247
Enregistré le : sam. 21 mars, 2009 7:09 pm
Localisation : Trélazé

Re: Vous et le SCO, racontez le !

Messagepar CCSCO » ven. 01 nov., 2013 3:17 pm

Florent-49 a écrit :Moi je recherche encore mon premier match...ça devait être en 2004 (6 ans), face à un club Parisien. C'était apparemment pourri (0/0), selon mon oncle.

Sinon...Ma passion est montée crescendo. Disons qu'en National je suivais sans plus. Et deux ans après la montée je pense que j'ai réellement accroché.


Les deux 0-0 de 2004 à JB : SCO-Clermont fin février, bien pourri effectivement, ou d'un SCO-Grenoble en novembre (dernier match de Guillaume Norbert au SCO, sorti sur blessure).

Sinon, les SCO-Créteil de 2004 se sont achevés sur les scores de 2-0 (en mai) et 1-1 (en octobre, avec Trivino qui tentera d'en venir aux mains avec les supporters).

Pour ma part, c'est SCO-Besançon en 2003 grâce aux Pass Culture & Sport de la région. Pas un grand match, une tête plongeante retournée de Huck. Il faut dire que le National de l'époque, ses trois remplaçants sur la feuille de match, son niveau technique proche du néant et sa physionomie proche du tennis (les deux équipes allongent, on n'arrête pas de tourner la tête)...

Et depuis, les saisons Norbert, les centres de Bouvier en tribune, le retour en National, les défaites à domicile en plein hiver qui amènent le club dans la zone rouge, la remontée, ces courses à la montée, ces déplacements bucoliques en coupe...

Chaque jour de match, c'est la pression qui monte, retrouver le stade ou trouver un streaming qui fonctionne... Espérer, râler, exulter... C'est mon défouloir de la semaine et beaucoup plus.
Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est (...) le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. (art. 35 Constitution 1793)
batsco49
Junior
Messages : 678
Enregistré le : mer. 17 oct., 2012 1:59 pm
Localisation : Tiercé
Contact :

Re: Vous et le SCO, racontez le !

Messagepar batsco49 » ven. 01 nov., 2013 4:35 pm

CCSCO a écrit :

Sinon...Ma passion est montée crescendo. Disons qu'en National je suivais sans plus. Et deux ans après la montée je pense que j'ai réellement accroché.


Les deux 0-0 de 2004 à JB : SCO-Clermont fin février, bien pourri effectivement, ou d'un SCO-Grenoble en novembre (dernier match de Guillaume Norbert au SCO, sorti sur blessure).

Sinon, les SCO-Créteil de 2004 se sont achevés sur les scores de 2-0 (en mai) et 1-1 (en octobre, avec Trivino qui tentera d'en venir aux mains avec les supporters).

Pour ma part, c'est SCO-Besançon en 2003 grâce aux Pass Culture & Sport de la région. Pas un grand match, une tête plongeante retournée de Huck. Il faut dire que le National de l'époque, ses trois remplaçants sur la feuille de match, son niveau technique proche du néant et sa physionomie proche du tennis (les deux équipes allongent, on n'arrête pas de tourner la tête)...

Et depuis, les saisons Norbert, les centres de Bouvier en tribune, le retour en National, les défaites à domicile en plein hiver qui amènent le club dans la zone rouge, la remontée, ces courses à la montée, ces déplacements bucoliques en coupe...

Chaque jour de match, c'est la pression qui monte, retrouver le stade ou trouver un streaming qui fonctionne... Espérer, râler, exulter... C'est mon défouloir de la semaine et beaucoup plus.[quote="CCSCO"]
C'était mon premier match à Jean-Bouin,j'avais 6 ans je m'en rappelle pu trop mais mon père que j'étais un peu chaud avec Trivino
Allez le SCO !!!
Avatar de l’utilisateur
SCOman
Scoïste, enfin !
Messages : 3078
Enregistré le : mer. 31 mars, 2004 3:14 pm
Localisation : Tours
Contact :

Souvenirs en noir & blanc

Messagepar SCOman » mar. 12 nov., 2013 7:42 pm

AVANT-PROPOS

Je veux montrer à mes semblables ce que le sport peut révéler de l’homme ; et cet homme, ce sera moi, ce sera nous, ce sera eux.

Moi parmi eux. Il n’y a pas un instant où je ne sente vibrer mon cœur pour ces hommes vêtus de noir et blanc, que je connais si bien

Je m’exprimerai tout au long de ces lignes en toute franchise. Je ne tairai rien, et s’il m’arrive d'employer quelque ornement superfétatoire, ce ne sera que pour remplir un vide occasionné par mon défaut de mémoire. J'ai pu supposer vrai ce que je croyais avoir vu depuis les tribunes, jamais ce que je savais être faux.

Je veux parler de mon club dans ce qu’il a de plus généreux, de sublime, et parfois de tragique. Le SCO d’Angers est éternel, il rassemble autour de moi l'innombrable foule de mes semblables, chargés de souvenirs plus ou moins enfouis, d’émotions, de joies et de profonds désespoirs.

Que chacun d'eux accueille ces écrits avec l’indulgence que l’on accorde envers les plus grandes passions. Une vie en noir et blanc n’est pas qu’une simple histoire de ballon rond.
Depuis 2003 TheSCOisMagic est premier sur l'actu scoïste, retrouvez-nous sur https://twitter.com/thescoismagic
Avatar de l’utilisateur
SCOman
Scoïste, enfin !
Messages : 3078
Enregistré le : mer. 31 mars, 2004 3:14 pm
Localisation : Tours
Contact :

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar SCOman » mar. 12 nov., 2013 7:46 pm

LE BUT

Cette brusque et puissante poussée d’adrénaline, celle que seul le supporter connaît. A Rush of Blood to the Head, chante Coldplay. Le football n’est captivant que s’il est vécu de manière partisane. Le but en est la récompense suprême, l’achèvement d’une semaine de doutes ou de folles espérances. Supporter une équipe de foot, pour le commun des mortels, revêt souvent l’apparence d’une vaste fumisterie, d’une commedia dell’arte sans véritable raison d’être. Cette manière de penser nie l’impulsion vitale que nous saisit lorsqu’un de nos joueurs catapulte le ballon au fond des filets adverses. Une transe subite et subie s’empare de moi, de mes voisins, de tout le stade. Exulter c’est vivre. Acclamer le but est mon exutoire du vendredi soir.

Parfois le but représente plus qu’un simple score sur le tableau d’affichage. La folie qui s’empara des tribunes du stade Jean Bouin sur la reprise de Jérôme Molinier, le 20 mai 2000, fut indescriptible. La partie qui opposait ce soir-là le SCO à Grenoble avait tout d’une tragédie. Elle visait un graal : l’accession en deuxième division – appelée D2 à l’époque. En mode quitte ou double puisque Grenoble, en cas de victoire sur notre terrain, montait en D2 à notre place. Je me souviens du silence sépulcral qui recouvrit les tribunes lors de l’ouverture du score iséroise, toute juste après la mi-temps. Les minutes s’égrenait au fur et à mesure que l’espoir s’amenuisait. Voilà qu’il ne restait plus qu’une demi-heure, un quart d’heure, dix, cinq minutes… Au moment de la délivrance, lorsque Molinier fusilla le gardien grenoblois à bout portant, le temps s’arrêta. Je me souviens vaguement avoir agité frénétiquement le bras d’un voisin que je ne connaissais ne d’Ève ni d’Adam. Rugissement de la foule. Hystérie collective. Evénement fondateur d’un amour qui ne se démentira jamais.
Depuis 2003 TheSCOisMagic est premier sur l'actu scoïste, retrouvez-nous sur https://twitter.com/thescoismagic
Avatar de l’utilisateur
SCOman
Scoïste, enfin !
Messages : 3078
Enregistré le : mer. 31 mars, 2004 3:14 pm
Localisation : Tours
Contact :

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar SCOman » mar. 12 nov., 2013 7:46 pm

JEAN BOUIN

Retrouver le stade Jean Bouin me procure la même quiétude qu’une retrouvaille avec un vieil ami. J’aime progresser avec la foule le long de la rue Saint-Léonard, apercevoir de loin les projecteurs qui illuminent la nuit, me diriger vers l’entrée, la boule au creux du ventre lorsqu’il s’agit d’un match capital. Chaque supporter a ses habitudes, sa tribune favorite, voire même sa place réservée. Les spectateurs préférant le confort au tumulte des encouragements se rendent en tribunes latérales, en Saint-Léonard ou en Jean Bouin, là où ils bénéficieront d’une vue imprenables sur les débats du soir. Les pas des plus amourachés les conduisent plutôt vers Colombier ou Coubertin, tribunes situées derrière les buts accueillant les groupes de supporters. Là nous pourrons chanter tout à notre aise, loin des ronchons et des touristes pour qui le SCO d’Angers n’est qu’un club de Ligue 2 comme autre. Les joueurs sont déjà sur le terrain, qui s’échauffent encadré par leur staff, alors que les vieux délégués de la Ligue, l’air préoccupé, font les cent pas, occupés à donner le change de leur inutile présence. Ce moment paisible, avant que le coup de sifflet de l’arbitre n’indique le début des hostilités, est un des rares moments où je prends le temps de contempler mon stade. Pas une de ses tribunes que je n’aie occupée, pas un de ses emplacement qui ne me rappelle un match particulier, un fait de jeu, une anecdote. Qu’ils sont bons ces instants de communion où l’équipe, après la victoire, vient saluer tour à tour chaque tribune secouée par les olas ! Après leur tour d’honneur les joueurs rentrent au vestiaire et nous laissent à notre joie. Après tout ils n’ont fait que leur job, et nous, nous étions le douzième homme. Le stade se vide mais dans deux semaines nous répondrons de nouveau à l’appel du blason noir et blanc. Si le SCO d’Angers a une âme, Jean Bouin en est le réceptacle. Vieilles pierres, vieilles tribunes, fiers Angevins.

Jean Bouin est l’antre de mes chimères et de mes rêves les plus fous.
Depuis 2003 TheSCOisMagic est premier sur l'actu scoïste, retrouvez-nous sur https://twitter.com/thescoismagic
Avatar de l’utilisateur
SCOman
Scoïste, enfin !
Messages : 3078
Enregistré le : mer. 31 mars, 2004 3:14 pm
Localisation : Tours
Contact :

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar SCOman » mar. 12 nov., 2013 7:47 pm

MATHÉMATIQUES

Le football est avant tout une affaire de chiffres. Les performances de chaque joueur sont passées au crible des statistiques, les classements les plus divers sont actualisés après chaque journée et ressassés tout au long de la semaine : classement de la meilleure attaque, de la meilleure défense, de la meilleure équipe à domicile, de la meilleure équipe à l’extérieur, de la meilleure série en cours, classement des buteurs, des passeurs décisifs, des étoiles France Football, classement du fair-play, j’en passe et des meilleurs. Mais le supporter de foot n’est pas totalement innocent dans cette course effrénée aux chiffres. Car celui-ci est doté d’une imagination débordante, il se prépare à l’avance à tous les scenarii possibles et imaginables, il échafaude des hypothèses, pariant sur la victoire des siens, misant sur la défaites des autres. Mon cerveau est le Wall Street de Ligue 2. Si une défaite des Scoïstes me fait broyer du noir, une victoire relance quasi systématiquement mon appétence pour les prévisions enchantées. Pour écarter les autres concurrents de la course au podium, les pronostics les plus chimériques sont assurément les plus souverains. C’est sûr, cette année l’accession en Ligue 1 ne peut pas nous échapper !

Comme disait l’autre, l’espoir fait vivre…
Depuis 2003 TheSCOisMagic est premier sur l'actu scoïste, retrouvez-nous sur https://twitter.com/thescoismagic
Avatar de l’utilisateur
SCOman
Scoïste, enfin !
Messages : 3078
Enregistré le : mer. 31 mars, 2004 3:14 pm
Localisation : Tours
Contact :

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar SCOman » mar. 12 nov., 2013 7:48 pm

RENDEZ-VOUS EN TERRE INCONNUE

Un déplacement à l’extérieur a le parfum de l’inconnu. Chacun se pare de l’écharpe noire et blanche, lance les premiers pronostics sur le match qui aura lieu quelques heures plus tard, puis roulez jeunesse ! Si le rendez-vous à Jean Bouin, après quinze ans de bons et loyaux services, se rapproche désormais du rituel, rien ne vaut un raid en terre hostile pour regonfler le moral des troupes. Les destinations sont champêtres à défaut d’être exotiques : Châtellerault, Laval, La Roche-sur-Yon, Istres, Sedan, Le Mans… Être supporter est une perpétuelle invite au voyage. Deux stratégies sont alors possibles : rester entre gens de bonne famille, dans le parcage visiteurs, ou bien tenter l’incursion au milieu des autochtones, en tribune adverse. Cette dernière solution est à double tranchant, le supporter local ayant souvent vite fait de repérer chez vous la faconde d’un ennemi camouflé. Qui n’a pas testé la possibilité d’exulter seul sur un but des Angevins, en plein milieux des supporters adverses déconfits, passe à côté d’un sentiment étrangement singulier, où la bravade cocardière se mêle aux galéjades raillant l’équipe locale.

Mais lorsque le SCO joue à l’extérieur, il m’est impossible de me sentir chez moi. Les abords du stade ne me sont pas familier, je ne foule pas là le pré carré de Jean Bouin. Une fois, lors d’un déplacement à Amiens en compagnie d’un ami, je me suis même fait arrêter par la police locale. Les agents de la paix avaient remarqué notre plaque d’immatriculation estampillée Maine-et-Loire, incongruité notable en terres picardes. Il n’empêche qu’arborer le blason de mon club me remplit de fierté, parce que celui-ci véhicule une histoire, où plutôt une foule de trajectoires individuelles. C’est pour ça qu’un drapeau noir et blanc brandi à Laval ou à Nantes est comme l’Aigle brandi sur le pont d’Arcole. Ce soir il y a match, la route est encore longue. On the road again…
Depuis 2003 TheSCOisMagic est premier sur l'actu scoïste, retrouvez-nous sur https://twitter.com/thescoismagic
Avatar de l’utilisateur
SCOman
Scoïste, enfin !
Messages : 3078
Enregistré le : mer. 31 mars, 2004 3:14 pm
Localisation : Tours
Contact :

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar SCOman » mar. 12 nov., 2013 7:48 pm

LE CHANT DU CYGNE

Rien ne m’agace plus qu’un stade silencieux. Certes l’équipe adverse domine, certes l’équipe adverse mène au score, certes l’arbitre va bientôt siffler la fin de la rencontre, certes la défaite paraît inéluctable. Mais fichtre, de là à transformer Jean Bouin en chiffe molle aphasique ! Regardez-moi ça, ça se dit supporter et ça reste là, coi. Recouverts d’une chape de plomb les spectateurs angevins. Pathétiques. Il faut faire quelque chose, peut-être pas pour inverser le cours du destin – plus personne n’y croit, même moi – mais simplement pour exister, respirer, scander le drame en train de se tramer. Alors de ma gorge surgit un rugissement bestial « Allez le SCO !! », tout droit sorti des trippes, antienne viscérale lancée à la face de ce silence de cathédrale. L’écho se meurt dans le lointain, à peine quelques uns de mes voisins ont-ils détourné la tête pour fustiger du regard cette initiative solitaire. Je savais d’avance que cette soirée serait une soirée de sacrebleu. On ne m’y reprendra plus.
Depuis 2003 TheSCOisMagic est premier sur l'actu scoïste, retrouvez-nous sur https://twitter.com/thescoismagic
Avatar de l’utilisateur
SCOman
Scoïste, enfin !
Messages : 3078
Enregistré le : mer. 31 mars, 2004 3:14 pm
Localisation : Tours
Contact :

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar SCOman » mar. 12 nov., 2013 7:49 pm

COMEDIANTE, TRAGEDIANTE

Christian Bromberger a raison lorsqu’il affirme que le football est la bagatelle la plus sérieuse du monde. Le match de football transcende les genres, éprouve le sort, bâtit des fortunes susceptibles de s’évanouir en un instant. C’est une pièce de théâtre pour initiés où l’homme en noir s’apparente plus souvent au nécromant qu’au démiurge. Rare sport où le rapport des forces ne détermine pas obligatoirement l’issue de l’affrontement. Dominateur, le SCO n’est pas toujours vainqueur. Petit poucet de la Coupe, l’exploit reste à portée de tir, comme ce soir de janvier 2005 où il vint infliger à l’OM, le grand OM, bardé de ses titres et de ses grandes conquêtes, l’un des plus vils camouflets de son histoire. Six minutes de folie durant lesquelles les Scoïstes réduirent les Phocéens à l’état d’automates impuissants. Six minutes, trois buts, un petit pont magique de Thierry Cygan, fermez le ban. Les dieux étaient avec nous ce jour-là. Noël Tosi, notre entraineur fantasque et fantoche, n’en revenait pas. Ses joues rubicondes clamaient à la France entière que le destin avait choisi son camp. Cet exploit du Vélodrome resta malheureusement sans suite, le cours des événements venant nous rappeler qu’on ne dévalise pas deux fois la banque.

L’ascenseur émotionnel auquel je me retrouve soumis chaque soir de match peut vite devenir inhumain. Le hasard aime se jouer des athlètes comme de leurs thuriféraires hebdomadaires. Ce que ses détracteurs ignorent, c’est le football est un sport extraordinairement humain, sans concessions, se consumant des passions qu’il engendre. Un exercice de style en deux actes. Unité de lieu, de temps, d’action. Une tragédie impitoyable. Soudain l’homme noir sonne l’hallali. Faites vos jeux, la chance tourne !
Depuis 2003 TheSCOisMagic est premier sur l'actu scoïste, retrouvez-nous sur https://twitter.com/thescoismagic
Avatar de l’utilisateur
SCOman
Scoïste, enfin !
Messages : 3078
Enregistré le : mer. 31 mars, 2004 3:14 pm
Localisation : Tours
Contact :

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar SCOman » mar. 12 nov., 2013 7:50 pm

ONDES RADIOPHONIQUES

Le stress d’un match suivi à la radio n’a rien de comparable à l’expérience des tribunes. Portés par les ondes l’esprit vagabonde, martyrisé par les commentaires d’un correspondant aux accents dramatiques. À la radio, chaque envolée journalistique laisse présager le pire comme le meilleur. Le multiplexe Ligue 2 met les nerfs à rude épreuves, à commencer par les miens. Que se passe-t-il là-bas, à Furiani, par-delà les mers impétueuses de la furia corsica ? Vont-ils tenir bon mes Scoïstes, sont-ils à la peine, ou bien dominent-ils les débats de la tête et des épaules ? Nul ne sait. Il faut parfois attendre cinq voire dix minutes avant de profiter d’une laconique analyse : 0-0, circulez, y’a rien à voir, on rend l’antenne. Au moins à Jean Bouin je peux avoir l’illusion d’influencer les débats ; bien que relégué en pourtours du terrain je suis encore acteur de cet étrange mano à mano à l’issue incertaine. L’oreille vissée à mon poste, je suis par contre réduit à la plus complète impuissance. Soudain une clameur en arrière-fond, Bastia vient d’ouvrir le score. Mierda.

Autre souvenir : Valence-SCO, dernière journée du championnat 2003-2004. Sur les autres terrains tous les scores nous sont défavorables. Il suffit d’un but de nos adverses pour nous envoyer tout droit en enfer, direction le National. Notre défense est mis au supplice, les hurlements du commentateur nous décrivent une défense qui prend l’eau, dans les buts Lachuer est héroïque. Les occasions valentinoises s’amoncellent, le stress monte. Mon père et mon frère, n’en pouvant plus, décident de partir en voiture prendre l’air. Je reste seul dans la cuisine de mes grands-parents, devant leur petit transistor gris. Les exclamations du journaliste redoublent, mon équipe est au supplice. Fort Alamo revival. J’entends ma grand-mère aller et venir dans mon dos, mais rien ne compte plus que ce champ de bataille des ondes radiophoniques. Je fais corps avec mes joueurs, je souffre avec eux. Dans les arrêts de jeu un raid de notre Brésilien Grigulo vient crucifier les Valentinois. Je crie comme un fou. Ite missa est. Rédemption et délivrance.
Depuis 2003 TheSCOisMagic est premier sur l'actu scoïste, retrouvez-nous sur https://twitter.com/thescoismagic
Avatar de l’utilisateur
SCOman
Scoïste, enfin !
Messages : 3078
Enregistré le : mer. 31 mars, 2004 3:14 pm
Localisation : Tours
Contact :

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar SCOman » mar. 12 nov., 2013 7:51 pm

FORS L’HONNEUR

En 2003 le SCO retrouve la Ligue 2. Sur son chemin se dresse Saint-Étienne, remake des années 1970, lorsque les deux clubs incarnaient ce qui se faisait de mieux au sommet du foot français. Les petits Scoïstes contre les Verts, David contre Goliath. A la surprise du kop stéphanois, qui s’est déplacé en force à Jean Bouin, la première mi-temps montre un SCO séduisant, virevoltant, qui tient la dragée haute à son prestigieux adversaire. La mi-temps sifflée je redescends les tribunes au côté de mon frère et de mon père. Ce dernier se fait accoster par deux papys stéphanois arborant fièrement leur bonnet couleur gazon anglais fraichement tondu : « Est-ce qu’Angers joue toujours aussi bien à domicile ? Parce qu’avec ce qu’on vient de voir en première période, on peut dire que vous avez une bien belle équipe, qui sait jouer au ballon ! » Moue chagrinée de mon père qui leur répond, d’un ton dépité, façon actor’s studio : « Oh vous savez, le SCO joue vraiment mal ce soir par rapport à d’habitude… ». Sur ce, nous laissâmes Bataille et Fontaine, ébahis, se perdre en conjectures. Toujours faire douter l’adversaire, toujours !
Depuis 2003 TheSCOisMagic est premier sur l'actu scoïste, retrouvez-nous sur https://twitter.com/thescoismagic
Avatar de l’utilisateur
SCOman
Scoïste, enfin !
Messages : 3078
Enregistré le : mer. 31 mars, 2004 3:14 pm
Localisation : Tours
Contact :

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar SCOman » mar. 12 nov., 2013 7:53 pm

MYTHOLOGIE ANGEVINE

SCO : trois lettres qui sont pour moi bien plus qu’un simple club de football, bien plus qu’un blason noir et blanc estampillé 1919. J’aime cet orgueil qui transparaît à la lecture de ces trois mots : Sporting Club de l’Ouest. De l’Ouest, carrément. De toute une région, au-delà des frontières de l’Anjou et de la Bretagne. Fichtre, c’est pas du chiqué. Quel autre club français peut se targuer d’afficher en son nom une telle visée impérialiste, une telle aspiration à l’universalité ? Aucun. Lorsque je me revendique comme supporter du SCO je n’adhère pas à un spectacle, à un divertissement. Je crois en une histoire, en ces hommes qui ont forgé ce club, qui l’ont porté vingt-trois saisons au sein de l’élite nationale. J’entends mon grand-père me narrer les prouesses des Kopa, Chlosta et Grobarczyk, chroniques d’un temps révolu où le maillot blanc immaculé n’arborait que les trois lettres noires. Je rêve les exploits vécus par mon père, ce chanceux qui à mon âge se régalait à Jean Bouin des dribbles chaloupés de Guillou et de la maestria de Berdoll. Equipe de France pour ces deux légendes du club, la poitrine frappée du coq doré. Mythe d’un âge d’or ressassé. C’était l’époque glorieuse du SCO d’Angers, du « jeu à l’angevine » comme on disait alors. Celle-là je ne peux la conter, juste l’imaginer. Mon attachement au SCO est rempli de ses mythes, de ses joueurs emblématiques, de ses titres, de ses matchs passés à la postérité. Chaque supporter poursuit sa propre trajectoire, petite étoile filante aux dessus des néons blancs. Mais pour rien au monde il ne délaisserait ces trois lettres magiques qui signifient tant. Car le SCO d’Angers a une âme. Désillusions après extases, extases après désillusions, il y aura des lendemains qui chantent. C’est bien là seule chose dont je suis certain.
Depuis 2003 TheSCOisMagic est premier sur l'actu scoïste, retrouvez-nous sur https://twitter.com/thescoismagic
Avatar de l’utilisateur
SCOman
Scoïste, enfin !
Messages : 3078
Enregistré le : mer. 31 mars, 2004 3:14 pm
Localisation : Tours
Contact :

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar SCOman » mar. 12 nov., 2013 7:53 pm

EN APESENTEUR

S’il ne me fallait retenir qu’un but, ce serait sans aucun doute ce lob magistral propulsé par Vinicius dans les cages clermontoises par une froide mais belle soirée d’hiver. Alors que le SCO se trouvait réduit à dix après l’expulsion d’un de ses joueurs, Vinicius, depuis une position excentrée aux trente mètres, nous foudroya littéralement de sa grâce. Je vois encore le ballon s’élever lentement dans le ciel, en apesanteur, comme s’il ne voulait plus jamais redescendre. Ce tir en première intention est alors si imprévisible que tout le stade retient son souffle. Il n’y a plus que le cuir tutoyant le ciel. Sublime petite étoile filante. Puis la trajectoire s’inverse, et réduit le portier auvergnant à l’état de pantin désarticulé. L’instant le plus jouissif est ce moment où la balle dépasse le gardien mais n’a pas encore fini sa course au fond des filets, cette fraction de seconde où l’on pressent le but sans pouvoir encore l’exulter. Puis une déflagration électrique parcourt Jean Bouin, le rugissement de la foule recouvre cette patte gauche magique. Triomphe de la beauté d’un geste si juste qu’il en devient indécent. Indécent, magique et magistral : le talent de l’artiste ne pardonne pas.
Depuis 2003 TheSCOisMagic est premier sur l'actu scoïste, retrouvez-nous sur https://twitter.com/thescoismagic
Avatar de l’utilisateur
SCOman
Scoïste, enfin !
Messages : 3078
Enregistré le : mer. 31 mars, 2004 3:14 pm
Localisation : Tours
Contact :

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar SCOman » mar. 12 nov., 2013 7:54 pm

BONSOIR TRISTESSE

Certaines réminiscences sont si cruelles. Leurs spectres me hanteront à jamais.

Je ne souhaite à quiconque d’éprouver un jour l’incommensurable amertume dont me remplit ce SCO-Lens de sinistre mémoire. Match au somment puisque les Angevins, deuxièmes au classement en ce début de février 2009, recevaient le leader lensois. Jusqu’à cinq minutes de la fin, l’histoire avait pourtant tout du conte de fée. Chevauchée fantastique conclue de sang-froid par notre goléador Efoulou : 1-0. Gris-gris d’Ayité au milieu de la défense sang et or, tir à bout portant : 2-0 à la 85e minute. Mon frère en transe à côté de moi. La victoire a définitivement choisi son camp. Après cette démonstration collective, la montée en Ligue 1 nous tend ses bras. Et puis soudain le cours de l’histoire s’inverse, transforme ce match référence en tragédie antique. À la 87e les Lensois réduisent la marque, le SCO joue à se faire peur. « Même pas peur ! » fredonne-t-on en tribunes, « Il fallait se réveiller plus tôt les ch’tis Lensois ! » Dans les arrêts de jeu un dernier centre adverse passe devant nos cages. Padovani se détend d’une belle envolée, pour la photo finish, et capte ce ballon du bonheur. Mais en fait non, le cuir glisse entre ses gants, retombe dans les pieds d’un nordiste qui le catapulte dans nos filets ! Scénario impensable. Stupeur et désespoir.
Tout supporter vous dira qu’un match nul concédé en toute fin de match résonne telle une défaite. Mais ce 2-2 contre Lens, ce soir-là, allait bien au-delà des enjeux sportifs habituels. Toujours sur le podium, le SCO était encore plus que jamais en course pour l’accession à l’étage supérieur. Mais quelque chose s’était brisé en moi. Et le pire, c’est que je savais que l’équipe ne s’en remettrait pas. Un coup du sort si cruel ronge et atrophie. A l’instant où l’arbitre siffle la fin des débats, je reste immobile, abasourdi, anéanti. Autour de moi les tribunes se vident d’une sourde rumeur désenchantée. Je contemple le terrain, le regard dans le vide. Le néant. Je sais déjà que tous nos espoirs de montée viennent de s’envoler ici, que la fatalité se gausse de moi, elle me sature de son rire inique. Je suis si seul, désemparé. Derrière moi j’entends comme dans un songe la voix de ma mère qui m’appelle : « Viens donc ! Tu ne vas quand même pas pleurer ? ». Si seulement tu savais comme j’ai envie de chialer, maman.
Depuis 2003 TheSCOisMagic est premier sur l'actu scoïste, retrouvez-nous sur https://twitter.com/thescoismagic
Avatar de l’utilisateur
SCOman
Scoïste, enfin !
Messages : 3078
Enregistré le : mer. 31 mars, 2004 3:14 pm
Localisation : Tours
Contact :

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar SCOman » mar. 12 nov., 2013 7:55 pm

INDIFFÉRENCE

Le 11 septembre 2001, les avions kamikazes d’Al-Qaeda réduisaient les deux tours du World Trade Center en cendres. Le 11 septembre 2001, le SCO atomisait Clermont 3-0 à Jean Bouin. Je n’étais pas devant mon poste de télévision ce soir-là, j’étais au stade. Alors que le monde entier, médusé, contemplait en direct de pauvres malheureux se défenestrer depuis les gratte-ciels embrasés, je préférais répondre à l’appel des Noirs et Blancs. Supporter mes couleurs, question d’habitude. A la mi-temps mon père vint me rejoindre en tribunes, évoqua des dizaines de milliers de morts, choqué comme tant d’autres par ces images d’apocalypse. Je n’avais cure de ce qu’il me racontait car ici-bas, sur le terrain de tous mes espoirs, la victoire souriait aux Scoïstes. Sinistre indifférence, cruelle désinvolture. Devrais-je avoir honte ? Après tout, ce n’est pas de ma faute si le blason angevin resplendit de mille feux. Parfois, le supporter s’affranchit déraisonnablement du réel.
Modifié en dernier par SCOman le mer. 13 nov., 2013 7:57 pm, modifié 1 fois.
Depuis 2003 TheSCOisMagic est premier sur l'actu scoïste, retrouvez-nous sur https://twitter.com/thescoismagic
Avatar de l’utilisateur
SCOman
Scoïste, enfin !
Messages : 3078
Enregistré le : mer. 31 mars, 2004 3:14 pm
Localisation : Tours
Contact :

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar SCOman » mar. 12 nov., 2013 7:55 pm

COUP D’ENVOI

En rentrant de vacances je découvre un joyau au beau milieu de ma boîte électronique. Un message m’apprend en effet je viens de gagner l’honneur de donner le coup d’envoi du match SCO-Troyes, quelques jours plus tard. Moi ?! Frapper le ballon au côté de mes joueurs préférés ?! J’ai du mal à y croire mais réponds quand même de suite par l’affirmative, sait-on jamais… Un coup de fil plus tard et le rêve prend chair, il ne s’agit pas d’un canular. Le club m’offre même le maillot de Kranck Haise, notre latéral gauche. Ne me reste plus qu’à égrener les jours vers le moment fatidique.

Le jour dit je suis accueilli par un des responsables du club, qui m’emmène directement au bord de la pelouse. Les délégués de la Ligue confirment mon coup d’envoi fictif, il faudra faire vite pour ne pas retarder l’horaire officiel de la rencontre. Soudain les joueurs surgissent dans le tunnel d’entrée. Les crampons claquent sur le ciment. Leurs visages sont fermés, la concentration est à son maximum. Puis ils s’élancent sur le terrain, sous les vivats de la foule. Puis vient le moment de réciter ma courte partition. Je foule enfin la pelouse de Jean Bouin, vêtu du plus beau des maillots. Tout en avançant vers le rond central je contemple le stade. Les tribunes me paraissent gigantesques, le terrain est immense. Un vague d’émotion me submerge. De fait, il ne me reste plus qu’un vague souvenir de la suite des événements. Soudain l’arbitre siffle ! D’un plat du pied vengeur, j’expédie le ballon dans les pieds d’un Troyen qui ne bronche pas. Quittant la pelouse en petites foulées, je me rappelle avoir crié des encouragements à Peter Sampil et William Huck. Sourires amusés de leur part, mon enthousiasme juvénile dut leur sembler rafraichissant. Fier comme un pape, je regagne le carré VIP de la tribune présidentielle. La fin de l’histoire ne pouvait qu’être belle : victoire 2-0 de mon SCO. On ne m’enlèvera l’idée que je fus ce jour-là leur porte-bonheur.
Depuis 2003 TheSCOisMagic est premier sur l'actu scoïste, retrouvez-nous sur https://twitter.com/thescoismagic
Avatar de l’utilisateur
Cisco
Administrateur
Messages : 14170
Enregistré le : sam. 27 mars, 2004 12:42 pm
Localisation : Trélazé

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar Cisco » mar. 12 nov., 2013 9:34 pm

Supers textes. Moi perso je kiffe, et malgré des histoires différentes, je me retrouve dans tellement de situations...
Suivez le compte tweeter du forum ! => https://twitter.com/SCO_1919
Avatar de l’utilisateur
tiopépé
Scoïste, enfin !
Messages : 3410
Enregistré le : ven. 26 mars, 2004 11:32 pm
Localisation : A.N.G.E.R.S (justice)
Contact :

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar tiopépé » mar. 12 nov., 2013 9:41 pm

Merci a toi scoman :sco4:
viva blanco y negro por la vida...
La Roulette
Professionnel
Messages : 1367
Enregistré le : ven. 26 mars, 2004 11:43 pm

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar La Roulette » mer. 13 nov., 2013 4:21 pm

Chapeau...
Du vécu par beaucoup!!!
Bien retranscris!!!
(le souvenir de valence à l' extérieur, on l'a vécu sur place avec les quelques du kop et la tension encore plus palpable! fête finale avec les joueurs, retour et nuit blanche arrosée finie à la gare sncf le lendemain midi à l'arrivée de l'équipe)
Juste un manque (ou j'ai pas vu?), l'impression d'être abandonné par notre club pendant la période "noire" à 1000 spectateurs à domicile...fin fond de national ou on se demandait ce qu'on était venu faire à jean-bouin mais toujours présent, presque connaissant le verdict du match avant...
Toujours présent et fidèles depuis 92
Avatar de l’utilisateur
lovesco
Scoïste, enfin !
Messages : 5227
Enregistré le : dim. 31 janv., 2010 12:01 pm
Localisation : sarthe

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar lovesco » mer. 13 nov., 2013 4:49 pm

SCOMAN, t'es écrivain où c'est la passion qui te dicte cette prose exaltée?
Avatar de l’utilisateur
cris72
Donateur
Messages : 834
Enregistré le : sam. 27 mars, 2004 7:10 pm
Localisation : le mans

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar cris72 » mer. 13 nov., 2013 6:28 pm

Souvenirs, Émotions,Chair de poule, Ressentis,Vérités;tout simplement génial.
Merci Scoman. :up:
Avatar de l’utilisateur
jjffll
Scoïste, enfin !
Messages : 12343
Enregistré le : mer. 15 août, 2007 2:27 pm
Localisation : avrillé

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar jjffll » mer. 13 nov., 2013 9:02 pm

merci pour ce moment de sérénité Scoiste :up:

Sans se connaitre, certains souvenirs sont partagés; certaines sensations similaires; certains lieux " communs" :up: et une passion partagée :sco4:
le sage réfléchi , l'ignorant affirme....
Avatar de l’utilisateur
SCOman
Scoïste, enfin !
Messages : 3078
Enregistré le : mer. 31 mars, 2004 3:14 pm
Localisation : Tours
Contact :

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar SCOman » jeu. 14 nov., 2013 1:13 pm

lovesco a écrit :SCOMAN, t'es écrivain où c'est la passion qui te dicte cette prose exaltée?


J'écris un peu, notamment de la poésie. Mais avec le SCO c'est facile : il suffit de laisser parler son coeur ! ;)
Depuis 2003 TheSCOisMagic est premier sur l'actu scoïste, retrouvez-nous sur https://twitter.com/thescoismagic
Avatar de l’utilisateur
lovesco
Scoïste, enfin !
Messages : 5227
Enregistré le : dim. 31 janv., 2010 12:01 pm
Localisation : sarthe

Re: Souvenirs en noir & blanc

Messagepar lovesco » jeu. 14 nov., 2013 2:04 pm

C'est exactement ce que je pensais: le cœur pour le fond et le talent pour la forme. :up: :sco4:
Avatar de l’utilisateur
psychosco
Professionnel
Messages : 1020
Enregistré le : mar. 14 sept., 2004 3:18 pm
Localisation : Première couronne d'Angers

Re: Les supporters et la pression : une histoire de coeur

Messagepar psychosco » dim. 12 janv., 2014 8:45 am

J'ai regardé le match à domicile contre Nancy : match nul un but partout. J'ai bien aimé cette rencontre, j'avais l'impression que notre équipe jouait mieux que certains matchs précédents... . Précisément j'ai aimé l'engagement et le coeur de tous les joueurs, les efforts fournis.
Alors je n'ai pas compris les sifflets à la fin du match ... ça m'a fait mal au coeur et j'ai pensé aux joueurs, au coach et au staff en espérant qu'ils n'avaient pas entendu ... . Le coach a entendu mais il a répondu avec ironie et précision : il a applaudi les siffleurs. Ce geste est précis et ironique car il est comme une interprétation. Notre coach est freudien sans le savoir.
Comme des enfants nous nous identifions à nos héros de l'arène, et même parfois nous en choisissons un comme modèle pour ses qualités que nous nous attribuons en retour. Mais nous sommes pour beaucoup des adultes (ou presque malgré nos âges) et donc il y a aussi un mouvement de projection. C'est à dire que nous projetons, nous habillons l'autre des choses que nous ne voulons pas voir chez nous.
Et en ce moment pour les supporters se pose une perspective d'avenir : la montée. Et cela peut faire peur : le changement, le manque de confiance, la crainte d'être ridicule contre les autres équipes... . Ainsi, il est plus facile pour les supporters peureux de siffler comme si ils voyaient une mauvaise équipe, une équipe qui joue mal. Mais en fait les supporters siffleurs ne voient rien ou très peu de la réalité. Les supporters peureux projettent leurs peurs et leurs craintes sur l'équipe et l'a voit comme telle par le filtre d'un imaginaire délirant. Ils ont tellement peurs, ils ne savent tellement pas comment gérer cette éventualité de changement et d'existence en L1 qu' inconsciement ils préfèrent perdre. Et même après un bon match à un point ils tendent à voir une équipe pas bonne (et éventuellement choisissent un ou des boucs émissaires).
Alors quand notre coach applaudit les supporters siffleurs c'est comme si de façon ironique il disait : "je sais que vous avez peur de monter en L1 mais ayez confiance en vous, nous allons y arriver ! et cela va pas faire mal..."

:sco4: :sco4: :sco4:
Modifié en dernier par psychosco le dim. 12 janv., 2014 12:20 pm, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
zeuking
Scoïste, enfin !
Messages : 11165
Enregistré le : sam. 27 mars, 2004 11:19 pm
Localisation : Angers
Contact :

Re: Les supporters et la pression : une histoire de coeur

Messagepar zeuking » dim. 12 janv., 2014 9:20 am

Le public siffle car son équipe à fait de la sacrebleu en fin de match. Parfois c' est inutile de tout intellectualiser, surtout avec des supporters de foot !
" c' est en voyant un moustique se poser sur ses testicules, qu' on réalise qu' on ne peut pas régler tous les problèmes par la violence..." proverbe Chinois

Retourner vers « Les travées de Raymond-Kopa »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités